Menu ☰

Accueil > Syndicats > Île de France > Université Paris 3 - Sorbonne Nouvelle

mardi 19 avril 2022

Blog de la CGT FERC Sup Paris3

Chaos à la Sorbonne Nouvelle - Communiqué intersyndical

D’abord stupéfaits de la décision du président de notre université de fermer le site de Censier, décision prise sur une simple recommandation de la Chancellerie des universités de Paris, et annoncée à l’ensemble des étudiant·es et personnels le mercredi 13 avril 2022 au soir, puis indignés du basculement soudain de tous les enseignements et de toutes les évaluations en distanciel, selon des modalités qui nous ont été précisées hier jeudi 14 avril 2022, nous sommes aujourd’hui perplexes de l’annonce, faite en CA ce matin, d’une possible remise en cause, sur proposition du président lui-même, de sa décision initiale, moyennant un scenario de repli pour le cas où Censier serait occupé.

Dans un contexte politique national aux enjeux majeurs, la décision soudaine et non concertée de la présidence a brutalement privé étudiant·es et personnels de tout espace de débat démocratique, alors que les amphis A et B, libres de tout cours, en auraient constitué le lieu idéal. Au motif, plus fantasmé que réel, de voir des dégradations se produire dans le cadre d’une occupation éventuelle de Censier parallèle à celle de la Sorbonne, occupation qui a été levée hier, et soi-disant pour permettre aux personnels de « préparer leur déménagement dans les conditions les plus favorables possibles », les enseignant.es, à peine remis·es des conditions difficiles dans lesquelles ils ont exercé leur métier durant la crise sanitaire, se verraient donc contraint·es de modifier, dans l’urgence, leurs modalités de contrôle des connaissances. Quant aux étudiant·es, déjà fragilisé•es par des années d’enseignement totalement ou partiellement à distance, ils et elles se voient confronté·es au retour de ce qu’ils ont vécu pendant les confinements successifs et dont de nombreux rapports ont souligné les effets délétères sur leur santé. Un tel bouleversement n’est en rien justifié. Il maltraite étudiant.e.s comme enseignant.e.s. Il fait fi de leurs conditions d’études et de travail.

Un changement des modalités de contrôle des connaissances qui serait acté par la CFVU extraordinaire, convoquée cet après-midi à 16h, c’est-à-dire fort tard, serait non seulement arbitraire, mais également susceptible de recours juridique. Le basculement en distanciel des évaluations à venir augmenterait brutalement la charge de travail des enseignant·es – on ne donne pas le même sujet en présence et à distance, il est beaucoup plus long de corriger des travaux en version électronique que des copies-papier, l’organisation du temps des examens est souvent réajusté pour s’adapter à ces modalités. Les décisions du président ont introduit une inégalité de traitement entre celles et ceux ayant eu leurs examens sur site et celles et ceux qui les auraient en distanciel, à laquelle il sera impossible, pour les enseignant·es, de remédier.. Les étudiant.es pourraient donc légitimement, se plaindre de ne pas avoir été prévenu·es suffisamment tôt pour pouvoir s’organiser dans la perspective d’évaluations à distance.
Pour toutes ces raisons, nous demandons la réouverture de Censier aux étudiant·es dès mardi, réouverture seule à même de permettre, dans le chaos créé par cette décision de la présidence, aux enseignant•es d’organiser sereinement leurs enseignements le plus rationnellement possible..

Notre « campus historique », pour reprendre les mots du président, l’est aussi politiquement. L’équipe présidentielle est « navrée » d’annuler la Dernière fête à Censier qui aurait dû avoir lieu mercredi prochain, et « aurait permis de nous retrouver toutes et tous avant de quitter notre campus historique ». Nous en sommes également désolé·es, notamment pour toutes celles et ceux qui ont dépensé temps et énergie à préparer la scène ouverte dans le cadre de cet événement festif. Nous sommes également profondément attristé·es de constater que Censier, lieu historique de nombreuses luttes sociales et politiques, pourrait vivre ses dernières semaines d’existence sous le coup d’une fermeture arbitraire et autoritaire.

le 15 avril 2022
CGT FERC Sup - FSU - SGEN CFDT