Menu ☰

Accueil > Syndicats > Île de France > Université Paris 3 - Sorbonne Nouvelle

vendredi 22 juillet 2022

Blog de la CGT FERC Sup Paris3

Rentrée : l’avis du CHSCT ministériel du MESR

vous trouverez ci-dessous l’avis voté par le CHSCT ministériel de l’enseignement supérieur et de la recherche. Il fait suite à une présentation à cette instance du rapport des inspecteurs généraux du ministère.

Le président, présent à ce CHSCT ministériel, a précisé qu’à ce jour la direction travaillait à dimensionner le nombre de salles manquantes... Inquiétant pour la rentrée.

On rappelle l’assemblé générale prévue le mardi 6 septembre à 12h30 pour faire le point et envisager la suite.

Bon été à toutes et tous

La CGT FERC Sup Sorbonne Nouvelle

Avis voté en séance plénière du CHSCT MESR le 21 juillet 2022

Avis sur la présentation du rapport de l’Inspection Générale de l’éducation, du sport et de la recherche (IGÉSR) sur la situation de l’université Sorbonne Nouvelle (USN)

Le rapport de l’Inspection Générale d’avril 2022 portant sur l’Université Sorbonne Nouvelle (USN) met l’accent sur deux problématiques différentes, la première concerne la situation financière de l’université, la deuxième s’intéresse au dialogue social, à la santé des personnels et à l’organisation du travail.

Pour son volet social, le rapport souligne des erreurs d’interprétation des textes réglementaires renvoyant une partie de notre communauté à la précarité. Le manque de corrélation entre les réformes engagées et l’organisation du travail amplifie la souffrance au travail car beaucoup de services se retrouvent en manque de moyens humains et doivent faire face à la perte des expériences et savoirs faire cumulées. L’usage de méthodes managériales inadaptées a ajouté un climat fortement dégradé générant de l’incompréhension sur le sens même du travail de la part des personnels qui sont jugés « épuisés » par les Inspecteurs Généraux. Enfin, les décisions se prennent au sein d’un petit groupe de décideurs (quatre ou cinq personnes) sans concertation avec la communauté universitaire ou les responsables projets. Le nombre de collègues en souffrance est attesté par les différents signalements déjà recensés dans le rapport des IGÉSR, mais il s’est aggravé, en témoigne le nombre important de départs, en particulier de chefs de services ces derniers mois (immobilier, logistique, recherche, communication, directeur de cabinet, archiviste…).

Non seulement l’organisation actuelle du travail à l’université Sorbonne Nouvelle rend malade ses personnels mais elle met en péril son fonctionnement et ses missions d’enseignement et de recherche. La mainmise de l’administration sur la politique de l’établissement montre ses limites et place de facto l’université dans une situation dangereuse pour sa pérennité et la réalisation de ses missions de service public.

Suite aux différents rapports et interventions des mois précédents, la gouvernance de la Sorbonne Nouvelle n’a pas pris la pleine mesure de la situation. En conséquence, celle-ci continue de se dégrader. Les comportements ayant un impact négatif sur la santé des personnels continuent à s’exercer et à présent c’est la rentrée universitaire 2022-2023 qui risque d’être compromise, conséquence d’événements non pris en compte depuis des années, malgré les alertes du CHSCT de l’USN, et mal maîtrisés par la présidence.

À la rentrée, des Cours magistraux seront donnés à distance, faute d’amphis, et il manque, d’après les aveux récents de la direction de la Sorbonne Nouvelle, une trentaine de salles de cours pour que les autres enseignements puissent s’effectuer en présence et dans des conditions normales d’enseignement. Les collègues enseignants et administratifs sont en attente de savoir si des salles pourront ou non être louées pour que la rentrée puisse s’effectuer dans des conditions de travail et d’études correctes.

Le CHSCT du ministère de l’ESR demande que des mesures soient prises immédiatement pour qu’un changement de l’organisation du travail à l’université de la Sorbonne Nouvelle ait lieu dès la rentrée. Les mesures prises depuis la publication du rapport des Inspecteurs Généraux ne sont pas à la hauteur des problèmes rencontrés. A ce jour, la rentrée est en danger, tout comme la santé de nos collègues. Le CHSCT du MESR demande à Madame la ministre de prendre ses responsabilités.